Aux Etats-Unis, l’inflation a atteint son plus bas niveau depuis janvier

0
6

Signe que les mesures prises par la banque centrale américaine commencent à porter leurs fruits, l’inflation aux Etats-Unis est à son plus bas niveau depuis janvier 2022. Cette dernière a ralenti en octobre, atteignant 7,7 % par rapport à l’année précédente et 0,4 % par rapport à septembre, a fait savoir le gouvernement américain, jeudi 10 novembre.

Les prix des voitures d’occasion, qui ont baissé pour le quatrième mois d’affilée, ont contribué au ralentissement de l’inflation de septembre à octobre. Les prix de l’habillement et des soins médicaux ont également diminué. La hausse des prix des denrées alimentaires a ralenti. En revanche, les prix de l’énergie ont augmenté en octobre après avoir baissé en août et en septembre.

Ce taux d’inflation global, au plus bas depuis des mois, « conforte l’idée que le pic de l’inflation est en place et que la Réserve fédérale américaine [Fed] va en tenir compte », estime Alexandre Baradez, analyste chez IG France. La Fed devrait continuer à relever les taux d’intérêt afin d’endiguer l’inflation résiduelle, mais le fera avec moins de vigueur qu’auparavant, car sa politique commence à porter ses fruits. Selon M. Baradez, les investisseurs attendent « très probablement une hausse de taux qui n’excédera pas cinquante points de base » lors de la prochaine réunion de politique monétaire de la Fed, à la mi-décembre, et se mettent « à imaginer que les taux puissent commencer à plafonner ».

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Midterms aux Etats-Unis : les démocrates rattrapés par l’inflation

« Nous nous attendons à ce que cela marque le début d’une tendance désinflationniste beaucoup plus longue qui, selon nous, convaincra la Fed de mettre fin à ses [hausses] au début de l’année prochaine », a pour sa part déclaré Paul Ashworth, économiste en chef pour l’Amérique du Nord chez Capital Economics.

Spectre de la récession

Avant que le ralentissement de l’inflation ne commence à poindre, la Fed avait relevé fortement ses taux directeurs depuis le mois de mars. Au début de novembre, elle avait augmenté, pour la quatrième fois de suite, de trois quarts de point de pourcentage son principal taux directeur pour le porter à une fourchette comprise entre 3,75 % et 4 %, au plus haut depuis près de quinze ans.

Or, de nombreux économistes avaient averti qu’en continuant à resserrer le crédit la banque centrale pourrait déclencher une récession d’ici à l’année prochaine. La Fed avait déjà relevé son taux d’intérêt de référence six fois par paliers importants cette année, ce qui accroît le risque que des taux d’emprunt prohibitifs pour les maisons, les voitures et autres articles coûteux fassent basculer la plus grande économie du monde dans la récession.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Aux Etats-Unis, la crainte d’un accident financier majeur

Avant même la publication des chiffres de l’inflation, certains indicateurs montraient que la hausse des prix avait commencé à diminuer. Les fortes augmentations de salaires des dix-huit derniers mois se sont stabilisées. A l’exception des constructeurs automobiles, qui ont toujours du mal à acquérir des puces nécessaires à leur production, les perturbations de la chaîne d’approvisionnement se sont en grande partie résorbées. Quant aux sites de petites annonces, comme Apartment List ou Zillow, ils affichent désormais des loyers en baisse.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Etats-Unis : l’inflation galope, la part publique de la pension des retraités va augmenter de 8,7 %

Le Monde avec AP et AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici