Automobile. Pourquoi Tesla accumule les difficultés

0
40

L’américain Tesla restera-t-il le numéro un mondial des voitures électriques encore longtemps ? Peut-être pas. Le constructeur automobile chinois Build Your Dreams (BYD), qui compte parmi ses actionnaires Warren Buffet a annoncé, il y a quelques jours, une hausse de ses ventes de voitures de 312 % au premier semestre 2022 par rapport à 2021. Il a immatriculé 650 000 voitures électrifiées en Chine, près de 100 000 unités de plus que Tesla.

Le groupe américain dirigé par Elon Musk domine cependant toujours le marché du 100% électrique, puisque près de la moitié des ventes de BYD portaient sur des véhicules hybrides rechargeables. Mais pour Bernard Jullien, économiste spécialiste de l’automobile, cela reste une menace pour Tesla, numéro un d’une production très faible. Depuis plusieurs années, les autorités chinoises avaient annoncé leur stratégie de développer des acteurs locaux sur le marché de l’électrification : elles ont atteint cet objectif.

Tesla et BYD, des stratégies différentes

Cette capacité des constructeurs chinois à dominer leur propre marché crée chez Tesla comme chez le géant allemand Volkswagen un doute sur la pertinence de leur stratégie mondiale, estime Bernard Jullien. «Si Tesla et les autres se sont développés sur le marché de l’électrique par le haut de gamme, les constructeurs chinois se sont positionnés sur des véhicules à petits prix ».

BYD s’est aussi démarqué par sa stratégie de production. Il a implanté ses usines dans des régions moins touchées par le Covid que Shanghai et fabrique lui-même ses batteries: cela fait de lui numéro deux en la matière, derrière l’autre géant chinois CATL.

Après avoir été relativement épargné en 2021, Tesla est touché depuis le début de l’année par la crise des composants électroniques et notamment des semi-conducteurs. Le prix de ces éléments essentiels des voitures électriques a fortement augmenté. Dans certains cas, nous voyons des fournisseurs appliquer des hausses de prix des pièces de l’ordre de 20 à 30 % par rapport à l’année dernière »,​avait précisé Elon Musk en avril 2022.

Les volte-face d’Elon Musk

À cela s’est ajoutée la fermeture temporaire de son usine de Shanghai, victime d’un rebond de la crise sanitaire, causant un allongement des délais de livraison. Tesla a aussi dû rappeler plusieurs milliers de véhicules depuis avril. En cause ? Des problèmes de logiciel et de défaillance de composants sur les Model 3 et Model Y.

Ces déboires, auxquels s’ajoutent les prévisions économiques « qui ne sont pas bonnes » et un « mauvais pressentiment » sur l’économie mondiale, ont poussé le dirigeant de Tesla à estimer début juin devoir réduire de 10 % de ses effectifs mondiaux, soit 10 000 postes visés.

L’image du dirigeant fantasque se trouve encore écornée avec sa récente volte-face au sujet de Twitter: après un feuilleton long de plusieurs mois, Elon Musk a annoncé vendredi 8 juillet renoncer finalement au rachat du fameux réseau social.

Automobile. Pourquoi Tesla accumule les difficultés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici