Apple limite la fonction AirDrop des iPhone en Chine

0
10

Apple a introduit une limitation, en Chine, de la fonctionnalité AirDrop de ses iPhone, utilisée notamment par des opposants au pouvoir pour partager des fichiers. Le système permet d’échanger rapidement des images, des documents et des vidéos entre appareils Apple, provenant soit de tous les possesseurs d’iPhone à proximité (par défaut), soit seulement des contacts enregistrés par le receveur.

La dernière version du système d’exploitation iOS 16.1.1, déployée mercredi 9 novembre, limite à dix minutes dans le pays la durée pendant laquelle un possesseur d’iPhone peut recevoir des fichiers de la part de personnes qui ne font pas partie de ses contacts. Pour continuer à recevoir des fichiers dans ce mode au-delà de cette période, l’utilisateur devra avoir réactivé cette option dans les secondes précédant le délai fatidique. Cela complique les choses pour des critiques du pouvoir qui souhaiteraient propager discrètement documents ou informations autour d’eux.

Emoji retiré

Cette évolution intervient après que des contestataires ont utilisé AirDrop pour diffuser des visuels d’opposition au dirigeant Xi Jinping et au gouvernement – l’emploi d’AirDrop pour contourner la censure très stricte en Chine a été solidement documenté pendant ces trois dernières années, et encore récemment.

Elle ne concerne à ce stade que les iPhone vendus en Chine. Apple n’a pas précisé pourquoi cette évolution avait été introduite dans le pays, mais a déclaré prévoir sa mise en œuvre partout dans le monde au cours de l’année qui vient, afin de lutter contre le partage de fichiers non sollicités.

Lire aussi : A Taïwan, Apple demande à ses sous-traitants d’étiqueter certains produits avec la mention « fabriqués en Chine »

Le géant de Cupertino (Californie) a fait l’objet par le passé de critiques déplorant qu’il modifie les fonctions de ses iPhone pour complaire au pouvoir chinois. En 2019, Apple avait retiré l’émoji du drapeau de Taïwan, l’île dont Pékin revendique de reprendre un contrôle total, pour ses utilisateurs de Hongkong et de Macao. La firme a aussi supprimé des applications de réseaux privés virtuels (VPN) régulièrement utilisés pour se soustraire aux régulateurs de Pékin. Bien des services d’Apple sont également inaccessibles en Chine – le plus gros marché des télécoms au monde –, comme Apple TV +, iTunes Store, des podcasts payants, Apple Books et Apple Arcade.

Malaise social

Le pouvoir central est soumis à une augmentation de critiques nées du malaise social. En octobre, des slogans antigouvernementaux sont apparus dans plusieurs villes, dont la capitale, avant le XXcongrès du Parti. Au cours de manifestations pour la démocratie à Hongkong, des militants ont utilisé AirDrop pour diffuser leurs revendications. Pékin a aussi choisi de maintenir sa politique « zéro Covid », impliquant un sévère régime de confinements, tests et quarantaines dès l’apparition de quelques cas, qui suscite la défiance dans la population.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Xi Jinping l’idéologue définit sa vision pour faire de la Chine une puissance « au premier rang mondial »

AirDrop fait également l’objet de controverses hors de Chine depuis son lancement, en 2013, pour des utilisations inappropriées. L’an dernier ont été relatés de nombreux cas de vols aériens retardés ou annulés après que des passagers avaient partagé de fausses alertes terroristes ou des images pornographiques avec leurs voisins.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici