AccueilSciences et technologies« Elden Ring », un jeu...

« Elden Ring », un jeu vidéo aussi âpre que sublime

« Tout ce qui est propre à exciter les idées de la douleur et du danger, tout ce qui est en quelque sorte terrible, est source du sublime, c’est-à-dire capable de susciter la plus forte émotion que l’âme puisse ressentir », écrivait le penseur irlandais Edmund Burke en élaborant sa théorie du sublime au XVIIIe siècle. Cette beauté accablante, qui s’impose et menace de nous détruire tout à fait, caractérise également les réalisations de FromSoftware.

Avec sa série Dark Souls, le studio a façonné une philosophie de jeu revêche et impitoyable où les morts à répétition constituent le cœur d’une expérience qui nous intoxique aux boucles ludiques, aux ambiances désincarnées et aux architectures tortueuses d’inspiration médiévale. Les Souls ainsi que leurs cousins victorien (Bloodborne) ou samouraï (Sekiro : Shadows Die Twice) se sont évertués à travailler un même modèle. Forts d’un succès inattendu qui porta leur influence bien au-delà des cercles d’initiés, ces jeux de rôle et d’action figurent parmi les plus révérés des dix dernières années.

Lire aussi On a testé… le remake de « Demon’s Souls », le jeu le plus difficile de 2009 (et l’un des plus beaux de 2020)

Dans ce prolongement paraît Elden Ring, fruit de six années de travail et d’une collaboration de prestige avec l’écrivain George R. R. Martin (Le Trône de fer) qui a posé les fondations fictionnelles de l’Entre-Terre, le monde massif du jeu. Avec ce titre disponible vendredi 25 février (sur PC et sur les différents modèles de Xbox et de PlayStation), FromSoftware délaisse les parcours contraints de ses dédales cloîtrés et de ses cathédrales aux courbes cycloïdales pour se mesurer enfin au jeu vidéo en monde ouvert, soit le Graal du jeu d’aventure.

Une étendue de libertés

En débouchant sur la Nécrolimbe, la région boisée et montagneuse où débute Elden Ring, nous sommes assaillis par une abondance de possibilités. La familiarité de Skyrim se rappelle à nous alors que nous dénichons des cavernes reculées, puis celle d’Assassin’s Creed quand nous nous dissimulons dans les fourrés pour surprendre un cortège de soldats, ou encore celle de The Witcher lorsque la cueillette et la collecte nous invitent à concocter moult outils.

« Elden Ring » s’inspire autant des légendes arthuriennes que du « Seigneur des anneaux », avec un ton plus sombre.

Ici, pas de journal de quêtes ni d’objectifs chiffrés, et une carte sommaire pour seul luxe

Si ces emprunts aux ténors du genre paraissent convenus, FromSoftware ne trahit toutefois pas son credo : ici, pas de journal de quêtes ni d’objectifs chiffrés, et une carte sommaire pour seul luxe. Fidèle à ses univers dépeuplés, le studio japonais opte pour une version épurée du monde ouvert, qui se rapproche, en moins radical, de Breath of the Wild. Plutôt que de réinventer le genre, FromSoftware adapte ces principes éprouvés à sa propre méthode.

Elden Ring pousse ainsi la formule des Souls à son paroxysme : la pléiade de classes de personnages, la panoplie d’épées, d’armures, de sortilèges et d’incantations, les joutes en multijoueurs (coopératives ou compétitives) ou le système de messages d’entraide sont transcendés par la taille du monde. Malgré une inévitable répétitivité des situations, la profusion d’aventures que nous traversons en parcourant ces contrées, pour la plupart facultatives, enrichit la palette FromSoftware. Cet équilibrage accru entre les défis et les choix répond de façon enthousiasmante aux débats sur les modes de difficulté qui ont souvent animé les joueurs à propos de ces titres.

Monde en ruines

Avec le monde ouvert, FromSoftware trouve, en outre, un souffle vivant, timide mais inédit pour le studio. Des animaux sauvages gambadent, le décor voit le passage des jours et des nuits ainsi que celui des éléments. Sous l’effet des bourrasques, même les arbres semblent animés. Et pourtant, l’Entre-Terre demeure un continent aux régions mornes, aux villages engloutis sous les eaux et aux routes jonchées de vestiges, un monde d’après la calamité. Ce pourrait être un écho déformé d’Ocarina of Time, le classique de Nintendo sorti en 1998 où l’on parcourait similairement à cheval un vaste royaume tombé en décrépitude.

Avertissement : fidèle à la réputation de FromSoftware, « Elden Ring » est d’une difficulté souvent insolente.

Nous explorons des donjons renversants, parmi les plus sophistiqués jamais imaginés par le studio

Le modèle lointain de Zelda permet à FromSoftware d’embrasser les grandes aires tout en maintenant sa formidable réputation de bâtisseur de niveaux fermés. Chacune des régions d’Elden Ring est couronnée par un château où réside un demi-dieu qu’il nous faudra occire afin d’obtenir un fragment du Cercle d’Elden. En poussant la porte de ces châteaux, nous explorons des donjons renversants, parmi les plus sophistiqués jamais imaginés par le studio. A l’appel du vide et des aventures aux quatre directions succède donc un retour aux labyrinthes.

Au-delà de cette dichotomie spatiale, Elden Ring nous renvoie à la poésie évanescente des jeux de Fumito Ueda, aux forteresses trouées d’ICO, au haut plateau désolé de Shadow of the Colossus et à ses masses de pierre et de chair qui errent parmi les ruines. Nul hasard, puisque Hidetaka Miyazaki, le président et concepteur en chef de FromSoftware, est entré dans l’industrie il y a vingt ans après avoir été saisi par la beauté de ces jeux.

Le crépuscule des dieux

Avec ses panoramas à la Caspar David Friedrich, Elden Ring file une mélancolie d’inspiration fortement romantique. Les promontoires depuis lesquels nous scrutons les perspectives invraisemblables de l’Entre-Terre dominent des falaises battues par les vagues, des montagnes déchiquetées, tandis qu’au loin un château nous appelle, avec à ses pieds, sans doute, toujours plus de grottes empoisonnées, de hameaux maudits ou de bosquets enchantés. Chaque château en cache un autre ; il y a toujours plus haut et toujours plus bas, cette enfilade ad nauseam de sites fantastiques dessinant l’histoire d’un âge d’or perverti. Si l’académie royale de Raya Lucaria ressemble autant au château bavarois de Neuschwanstein, c’est parce que la citadelle a elle aussi connu le crépuscule des dieux.

La traversée des châteaux et de leurs architectures étourdissantes constitue le point d’orgue de l’aventure.

Dans ce monde qui vacille, chimères et dragons attendent tapis dans leurs tanières, derrière des portes de pierre, que le joueur vienne les délivrer de leurs boucles de haine. FromSoftware pioche dans un vaste catalogue d’abominations et de carcasses enragées, imaginé au fil des années. Pour qui décide d’embrasser ce cauchemar, Elden Ring offre d’inépuisables prodiges : des colosses par le feu réveillés se relevant sur une muraille en ruines, des mausolées vivants pareils à des pachydermes, des rivières souterraines menant à des cités intraterrestres, un arbre d’or et de vie trônant au centre du monde. Et puis deux doigts géants, écorchés, dont on consulte les oracles. Autant de visions terribles et fascinantes d’un ailleurs sublime.

L’avis de Pixels

On a aimé :

  • une expérience en monde ouvert envoûtante et aérée ;

  • des donjons ahurissants, dans la grande tradition de FromSoftware ;

  • un sens hors du commun pour le mystère, les bribes d’histoires et les épiphanies ;

  • un jeu qui n’a pas peur d’avoir la folie des grandeurs.

On a moins aimé :

  • quelques séquences déclinées jusqu’à l’usure dans le monde ouvert ;

  • des boss parfois trop coriaces, ainsi qu’un certain nombre d’ennemis qui se permettent de nous tuer en un coup.

C’est plutôt pour vous si :

  • vous avez l’âme d’un romantique contemplant une mer de nuages du haut d’un éperon rocheux ;

  • vous souhaitez vous plonger de longues semaines dans une atmosphère intense qui occupera vos pensées jour et nuit ;

  • vous voulez faire connaissance avec l’enfant terrible, désespéré et masochiste, d’Ocarina of Time et de Shadow of the Colossus.

Ce n’est plutôt pas pour vous si :

  • vous n’appréciez pas les jeux peu aimables de FromSoftware ou avez passé assez de temps dans leurs univers de dark fantasy ;

  • vous appréciez Game of Thrones pour ses intrigues politiques et son sens des dialogues (la marque de George R. R. Martin reste ici très discrète) ;

  • vous aimez les jeux vidéo qui vous prennent par la main plus que par l’excitation de sentiments extrêmes ;

  • votre référence en matière de monde ouvert et de dark fantasy, c’est The Witcher 3 : Wild Hunt.

La note de Pixels :

5 Grandes Runes sur 5, soit un cercle d’Elden.

Le plus populaire

Articles Liés

Lisez maintenant

 “Je n’avais pas de temps à perdre”, Nathalie Marquay raconte son premier rendez-vous étonnant avec Jean-Pierre Pernaut 

Nathalie Marquay était l'invitée du Grand Studio sur RTL ce samedi 11 juin. L'occasion pour elle de faire des confidences concernant sa relation avec Jean-Pierre Pernaut. Nathalie Marquay ne s'en remet pas. Le 2 mars dernier, son cœur, tout comme celui des français, s'est brisé lorsque le décès...

 « Inutile », « ingérable »… La carte vitale biométrique ne convainc pas certains professionnels de santé

Six milliards d’euros minimum par an. C’est ce que représenterait chaque année la fraude à la carte vitale d’après Philippe Mouiller, sénateur LR, à l’origine d’un amendement adopté au Sénat dans...

 Johnny Depp VS Amber Heard : coup de théâtre en pleine délibération ! Le jury troublé par un détail

Le jury a été troublé par un détail lors des délibérations du procès qui oppose Johnny Depp à Amber Heard ce mardi 31 mai. Depuis le 11 avril dernier, Amber Heard et Johnny Depp font face à la justice dans un procès très médiatisé. Ce mardi 31 mai,...

 La Russie annonce l’expulsion de 34 diplomates français ; Bruxelles propose une nouvelle aide financière de neuf milliards d’euros

https://assets-decodeurs.lemonde.fr/redacweb/ukraine-cartes-infographie/derniere-maj-ukraine-avancee-russe.png https://assets-decodeurs.lemonde.fr/redacweb/ukraine-cartes-infographie/derniere-maj-ukraine-avancee-russe.png 30 La situation en carte Agrandir Le contexte Live animé par Solène L'Hénoret, Anne Guillard et Marie Slavicek ...

-50 % sur ce super vélo électrique chez Cdiscount!

Cdiscount est une plateforme d’e-commerce d’origine française. De temps en temps, Cdiscount offre des bons plans et des promotions exceptionnelles à ne pas rater. Pour cette fois, le site propose le vélo électrique VAE pliant de ville de la marque MOMA BIKES à moins de 1000 €. Effectivement,...

“25.000 hectares déjà partis en fumée” en France, une précocité “sans précédent”

De la dune du Pilat aux monts d'Arrée, des Bouches-du-Rhône à...

“38% des Français pensent que l’Islam est une menace”, Arthur publie une étude choc et pousse un coup de gueule !

Dans une interview accordée au Point en 2017, Arthur avait confié la raison pour laquelle il avait pris la décision de quitter la France. Pour lui, Paris était synonyme d’angoisse. « Trop de boulot, de stress, de lumière, de bruit… » Las, il choisissait de « tout plaquer pour s’installer...

“98 % des eaux de baignade en Martinique sont conformes” selon l’Agence Rég

Le dernier bilan de la qualité des eaux de baignade en Martinique est conforme à 98%. Du 1er janvier 2020 au 30 septembre 2021, l’ARS, en charge du suivi qualitatif de ces eaux, a effectué 1857 prélèvements, en mer et en rivière. "La tendance est stable et...

“A mon retour de tournage, mon fils ne me parlait plus”

Au côté du regretté Gaspard Ulliel, Céline Sallette est à l'affiche du long-métrage "Un peuple et son roi", diffusé ce lundi 18 juillet 2022 sur France 3. La comédienne, devenue incontournable sur le petit comme sur le grand écran, est aussi à la tête d'une jolie petite...

“A toi grossophobe” : Amel Bent critiquée sur son poids, elle envoie une réponse explosive !

Si la teneur des propos n'a pas été révélée par la principale intéressée, Amel Bent a néanmoins pris la parole dans sa story Instagram (voir diaporama). Agacée par les commentaires au sujet de ses formes - rappelons qu'elle a accouché au début du mois d'avril -, la...