Pause séries : une seule plate-forme ferme et tout est dépeuplé

0
11

CHRONIQUE

Le 28 septembre, la plate-forme de streaming Starzplay changeait de nom, adoptant la marque de sa maison mère, le studio indépendant américain Lionsgate. En France, ce rebranding s’est accompagné d’une campagne d’affichage dans le métro parisien vantant les mérites de ses longs-métrages (parmi lesquels le cycle Hunger Games qui a permis à Lionsgate d’entrer dans la catégorie poids lourds à Hollywood) et des séries disponibles sur Lionsgate+ (The Great, Ramy, Gangs of London, Godfather of Harlem…).

Cette offre, à l’origine accessible sur Prime Video ou Canal Séries, était désormais à portée de téléphone ou de tablette, via une application. Quarante jours plus tard, le 8 novembre, à l’occasion de la publication des (très mauvais) résultats financiers de Lionsgate+, Jon Feltheimer, le PDG du studio, annonçait que sa plate-forme redécorée de neuf allait disparaître des écrans de sept marchés internationaux, parmi lesquels la France.

Ce passage éclair de Lionsgate+ dans notre paysage est une nouvelle manifestation de l’extrême instabilité économique de l’industrie de la fiction et de la brutalité des décisions qui président à la destinée des œuvres en général et – puisque c’est notre objet ici – des séries en particulier.

La promesse initiale de Netflix et des plates-formes qui se sont engouffrées dans son sillage – « vous aurez tout sous la main, tout le temps » – apparaît de plus en plus illusoire. Les séries disponibles sur Lionsgate + vont disparaître sans que l’on sache où et quand (et même si) on pourra les retrouver. Au couperet des non-renouvellements entre deux saisons (qui frappe même les plus puissants, voir l’interruption brutale de Westworld par Warner Bros-Discovery, malgré l’intention manifestée par les créateurs, Lisa Joy et Jonathan Nolan, de conclure leur saga dystopique par une cinquième saison) s’ajoute maintenant la menace de ces limbes où sombrent les victimes des restructurations et des interventions des actionnaires activistes.

Accessible jusqu’au début 2023

Il semble que Lionsgate+ restera accessible en France jusqu’au début 2023. C’est assez de temps pour regarder trois séries remarquables :

Ramy, la comédie semi-autobiographique de Ramy Youssef qui met en scène le mal de vivre d’un garçon du New Jersey tiraillé entre l’islam et la pornographie, la culture égyptienne de sa famille et le matérialisme d’une banlieue américaine. Deux saisons sont disponibles, manque la troisième, diffusée aux Etats-Unis sur Hulu.

The Great, qui se joue de l’histoire de la Russie, en prêtant à l’impératrice Catherine les traits d’Elle Fanning et le comportement d’une femme du XXIe siècle. Le créateur de la série, Tony McNamara, a mis au point sa méthode comique en écrivant le scénario de La Favorite, de Yorgos Lanthimos, il la porte, au long des deux saisons disponibles, à un niveau de cruauté et de burlesque qui exige beaucoup des interprètes. Elle Fanning et Nicholas Hoult (qui joue le tsar Pierre III) se hissent avec grâce jusqu’à ces sommets.

Il vous reste 14.42% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici