« Pacifiction. Tourment sur les îles », « Armageddon Time », « Charlotte » : les films à l’affiche cette semaine

0
9

LA LISTE DE LA MATINALE

Riches propositions dans les salles, cette semaine. Avec, entre autres, un chef-d’œuvre signé Albert Serra, dans lequel Benoît Magimel campe un haut-commissaire de Tahiti plongé dans un univers postcolonial trouble. Un film de James Gray où le cinéaste revisite son enfance dans une famille juive new-yorkaise des années 1980. Un long-métrage d’animation qui redonne vie à l’œuvre de la jeune peintre Charlotte Salomon, morte à Auschwitz, à l’âge de 26 ans.

« Pacifiction. Tourment sur les îles » : thriller paranoïaque dans un paradis perdu

Le 5 décembre 1766, Louis Antoine de Bougainville part de Brest à bord de la frégate La Boudeuse pour un premier tour du monde français. En 1771, l’ouvrage tiré de ce périple, Voyage autour du monde, touche particulièrement les consciences pour les pages que l’auteur consacre à Tahiti, où il accosta, en avril 1768. Cette « nouvelle Cythère » lui semble un Eden terrestre, et les mœurs tolérantes et aphrodisiaques de ses habitants lui inspirent une peinture qui renchérit le mythe du « bon sauvage ».

Près de trois siècles plus tard, c’est au tour d’Albert Serra, le plus résolument baroque des cinéastes espagnols, d’accoster sur ce territoire, devenu Polynésie française. Le paysage, entre-temps, s’est obscurci. L’amiral Abel Aubert du Petit-Thouars, Paul Gauguin et Mururoa sont passés par là. Soit la violence de l’emprise coloniale, la voluptueuse détresse du paradis perdu, le cynisme criminel des essais nucléaires. C’est sous ces auspices que Serra signe son film le plus insolent et le plus majestueux.

En son centre, costume blanc assorti à la Mercedes diplomatique, désinvolture de propriétaire : on a nommé le haut-commissaire de la République française de Roller. Benoît Magimel, jamais meilleur, l’incarne. Tout autour, le décor de carte postale se prête à la dérive. Entre le flamboiement des cieux et le miroitement turquoise de la mer, le M. Homais préfectoral exsude dans l’enchaînement flaubertien des vues pittoresques et d’une puissance qui se délite. Jacques Mandelbaum

Film franco-espagnol d’Albert Serra. Avec Benoît Magimel, Pahoa Mahagafanau, Matahi Pambrun, Marc Susini (2 h 43).

« Armageddon Time » : la perte d’innocence d’une génération

La transparence est la voie la plus directe vers l’émotion. James Gray, cinéaste américain néoclassique de 53 ans, le prouve, une fois encore, avec Armageddon Time. Ce récit de l’enfance revisitant la désillusion des années 1980 à travers l’amitié tuée dans l’œuf de deux camarades de classe, l’un blanc, l’autre noir, s’est parfois vu réduit à son postulat et considéré comme schématique. Or, chez Gray, tout se gagne dans la durée.

Il vous reste 85.19% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici