Norma Jeane, la starlette avant la star

0
47
Marilyn Monroe affiche encore ses boucles couleur châtain en 1947. Michael Ochs Archives

LES VISAGES DE MARILYN (1/6) – Transbahutée dans des familles d’accueil au cours de sa jeunesse, elle se marie à 16 ans, divorce, puis part à Hollywood. Elle veut devenir artiste.


Il y a soixante ans disparaissait l’héroïne de Certains l’aiment chaud. De Norma Jeane, la pin-up pour calendrier à l’icone peinte par Andy Warhol, en passant par la star de Hollywood, ses multiples facettes ont forgé pour toujours l’image de Marilyn Monroe. Travelling arrière.


C’est une petite fille qui allait toute seule au cinéma le samedi après-midi. Sa mère la déposait devant la salle. Interdiction de parler aux inconnus et prière de rester jusqu’à la fin de la séance. Norma Jeane Baker s’asseyait au premier rang. Les lumières s’éteignaient et elle se noyait dans un oubli en noir et blanc. Le Grauman’s Chinese Theater était son royaume du week-end. Ses vedettes préférées étaient Clark Gable qui, paraît-il, ressemblait à son père qui l’avait abandonnée et Jean Harlow, la blonde peroxydée qui chamboulait le cœur des hommes. C’était un monde enchanté, pour l’orpheline qui avait des nattes. À la sortie, ses yeux brillaient.

Il fallait retrouver sa mère Gladys qui était si bizarre, qui la…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 86% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 0,99€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici