« Mythic Quest », saison 3, sur Apple TV+ : le confort familier d’une sitcom de l’âge numérique

0
21

APPLE TV+ – À LA DEMANDE – SÉRIE

Quoi de plus moderne que Mythic Quest ? Une comédie qui a choisi pour arène le studio où s’élabore le plus gros succès de l’histoire des MMORPG (jeux de rôle en ligne massivement multijoueur), un jeu qui a donné son nom à la série. Que vous soyez familier de cet acronyme ou qu’il vous intrigue autant qu’une inscription runique, vous sentez bien qu’on est à la pointe du progrès. D’autant que vous avez découvert Mythic Quest (la série, le jeu n’existe pas) sur Apple TV+, plate-forme elle-même issue d’une des divinités majeures de la tech.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés « Mythic Quest », une comédie de bureau sur fond de jeu vidéo

Et, pourtant, si je vous invite à reprendre une dose de cette comédie chaleureuse, c’est qu’elle est l’une des dernières à maintenir les traditions de la sitcom américaine. Tout repose ici sur la familiarité qui s’est créée au fil des deux premières saisons avec la petite escouade de personnages imaginés par les créateurs, Charlie Day, Megan Ganz et Rob McElhenney (ce dernier incarne également Ian Grimm, inventeur du jeu, caricature affectueuse du tech bro, aussi étranger au doute qu’à l’humilité).

En une poignée d’épisodes (on en compte à peine dix par saison), McElhenney et ses comparses ont constitué une petite société génératrice de situations comiques qui reposent sur des mécanismes désormais familiers. Il ne faut pas sous-estimer le plaisir que l’on peut prendre à prédire très exactement la réaction d’un personnage, la répétition d’un gag qui a fait ses preuves. Ces petites satisfactions portent en elles le risque de l’ennui. Pour le tenir à l’écart, on peut s’aventurer à faire dérailler la narration.

Nouveaux personnages

Dans chaque saison de Mythic Quest, un épisode (cette fois, ce sera le septième) s’écarte du récit pour mettre en scène la genèse de l’un ou l’autre des personnages. En cette troisième saison, on découvrira les enfances tourmentées de Ian Grimm et Poppy Li (Charlotte Nicdao), codeuse de génie passée de l’obscurité à la célébrité, qui reste incapable de déchiffrer la dimension affective de la vie en société, sans que l’expérience soit aussi convaincante que celle qui avait mis en scène la jeunesse de C. W. Longbottom (F. Murray Abraham), le romancier d’heroic fantasy recruté par les jeunes gens du studio pour donner un peu d’épaisseur à leur monde.

Brad (Danny Pudi) et Carol (Naomi Ekperigin) dans la série « Mythic Quest » créée par Charlie Day, Megan Ganz et Rob McElhenney.

Son créateur l’a rappelé à lui, ce qui est un autre procédé éprouvé pour redonner de l’allant à une série (il est d’autant plus acceptable ici que le rite funéraire ne manque pas d’originalité). Dans l’espace laissé par l’immense acteur qu’est F. Murray Abraham s’engouffrent de nouveaux personnages, au premier rang desquels Carol (Naomi Ekperigin), responsable de la diversité dans les rangs du personnel, forcée d’engager une paire de quinquagénaires blancs pour satisfaire aux nécessités de l’inclusion.

Il vous reste 18.97% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici