Mort de Lady Diana : ses derniers mots révélés, l’homme qui l’a secourue raconte cette nuit tragique…

0
53

Le 31 août 1997, le Royaume-Uni se réveille avec la pire des nouvelles : Lady Diana, l’une des personnalités les plus appréciées de la famille royale (dont elle ne fait d’ailleurs plus partie depuis son divorce en 1992), est brutalement décédée dans un accident de voiture d’une grande violence sous le pont de l’Alma à Paris. Son petit ami, Dodi Al-Fayed et le chauffeur sont également morts, son garde du corps, seul survivant, est traumatisé à vie.

Et si des millions de britanniques se regroupent immédiatement à Londres pour lui rendre un dernier hommage, il y en a un qui n’oubliera jamais cette nuit parisienne : le pompier, Xavier Gourmelon, qui a sorti en premier Lady Diana du véhicule accidenté. La princesse n’est pas morte sur le coup et c’est à lui qu’elle dira ses derniers mots.

Selon son témoignage dans le Mirror, cette “femme blonde“, qu’il n’a pas du tout reconnue sur le moment, était consciente et lui a tout de suite demandé “ce qui s’était passé. Avant de s’effondrer, terrassée par un arrêt cardiaque. “J’ai massé son coeur et quelques secondes plus tard, elle a recommencé à respirer. Pour être honnête, je pensais qu’elle vivrait. C’était un vrai soulagement parce qu’évidemment en tant que secouriste, vous voulez sauver des vies et je pensais l’avoir fait. Pour autant que je sache, lorsqu’elle était dans l’ambulance, elle était vivante et je m’attendais à ce qu’elle vive. Mais j’ai appris plus tard qu’elle était morte à l’hôpital. C’était très perturbant“, a-t-il raconté.

Et sans doute encore plus perturbant lorsque celui-ci a compris qui était la femme blonde qu’il avait tenté de secourir. Celle-ci est en effet décédée peu après à l’hôpital, à 4h du matin. Dodi Al-Fayed, quant à lui, a été déclaré mort sur place. Le corps de la princesse sera rapatrié au Royaume-Uni dans la journée par le prince Charles, venu de Londres avec les deux soeurs de Diana.

Son cercueil avait ensuite défilé dans les rues de Londres, suivi par ses fils, les princes William et Harry, à l’époque âgés de 14 et 12 ans et totalement dévastés par le décès de leur mère. Finalement enterrée en grande pompe, malgré un désaccord manifeste de la reine Elizabeth II, qui s’était montrée très froide lors de son hommage à son ex-belle-fille, elle reste l’une des personnalités capitales de la Couronne.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici