Meghan Markle dévoile le doux surnom qu’elle donne au prince Harry dans l’intimité

0
53

Leur histoire a démarré comme un véritable conte de fées, et leur relation semble se renforcer jour après jour : Meghan Markle et le Prince Harry semblent vraiment plus soudés que jamais.

  • Meghan Markle a sorti son podcast intitulé “Archetypes”sur Spotify
  • Dans le premier épisode, elle s’entretient avec Serena Williams sur “l’équilibre des femmes à deux poids deux mesures”
  • Au tout début de cet épisode, elle laisse s’échapper le surnom adorable qu’elle donne au Prince William

Comment ne pas constater les liens très forts qui unissent le duc et la duchesse de Sussex ? Contre vents et marées, les deux amoureux semblent ne pouvoir se passer l’un de l’autre depuis leur rencontre en 2016. D’abord discrète, l’idylle s’est petit à petit transformée en véritable histoire d’amour officielle, jusqu’au mariage princier de 2018. Aujourd’hui à la tête d’une famille, Meghan Markle et le Prince Harry se regardent encore avec cette étincelle dans les yeux et ne manquent l’un pour l’autre d’aucune attention.

Meghan Markle : deux petits mots doux qui contiennent un monde

Bien qu’éloignés de la famille royale britannique, bien que jalousés ou critiqués, le Prince Harry et l’ancienne actrice de la série à succès Suits poursuivent leur route, coûte que coûte et surtout côte à côte. Partis vivre aux Etats-Unis, ils sont unis autour de leurs deux enfants Archie et Lilibeth, et multiplient les activités, tant caritatives que professionnelles. C’est ainsi que vient de sortir le podcast tant attendu de Meghan Markle, “Archétypes”, dont le premier épisode est un échange entre Meghan et sa grande amie Serena Williams, sur le sujet de “l’équilibre des femmes à deux poids deux mesures”. Ce podcast, elle a avait hâte de le sortir, car elle se dévoile comme jamais, se montrant comme “la vraie Meghan”.

Cible préférée des commentateurs et des médias, Meghan Markle a longtemps souffert de la pression qu’elle subissait depuis ses premiers pas dans la famille royale, une toute autre pression que celle du show-business. Mélancolique, ses idées noires n’ont trouvé d’issue qu’en quittant le Royaume-Uni en 2020. Durant toute la période qui a suivi leur mariage en 2018 jusqu’en 2020, la jeune actrice a pu compter sur le soutien indéfectible de son mari adoré, dont elle a laissé échapper le doux surnom qu’elle lui réserve dans l’intimité au tout début du premier épisode du podcast. “Mon amour”, deux petits mots doux qui prennent tout leur sens à destination de celui qui était pour elle l’unique soutien dans la tempête médiatique. “Ma plus grande peur est que l’histoire se répète, avait-il alors écrit dans un communiqué officiel après avoir déposé plainte contre un tabloïd britannique, J’ai vu ce qui se passe lorsque quelqu’un que j’aime est commercialisé au point de ne plus être traité ou perçu comme une vraie personne. J’ai perdu ma mère et je vois maintenant ma femme devenir la proie des mêmes forces.” Leur amour, si fort et si précieux, a commandé leur départ du Royaume-Uni pour mettre fin à cette souffrance insupportable dont le Prince Harry était un témoin impuissant. “Il y a un coût humain à cette propagande sans fin, en particulier lorsqu’on sait que tout est faux et mal intentionné, avait-il ajouté. Et même si nous continuons à faire face à tout ça, je ne peux pas décrire à quel point c’est douloureux.”

L’interview chez Oprah Winfrey : preuve de l’attachement du Prince Harry pour Meghan Markle

Avec le protocole très strict que tous ceux qui s’intéressent à la famille connaissent, on aurait pu imaginer que le Prince Harry ne renonce à rien, ni à sa place dans la famille royale, ni à ses titres militaires. Nul n’aurait cru que le plus jeune fils de Diana et du Prince Charles accepte d’être interviewé par Oprah Winfrey pour s’exposer à coeur ouvert. Et pourtant, il a pris cette décision sans sourciller. “Je suis juste heureux d’être assis ici avec ma femme parce que je ne peux pas imaginer ce que cela a pu être pour elle de traverser tout ça seule, il y a toutes ces années“avait-il déclaré avant la diffusion de l’interview, le 7 mars 2021. Evidemment, cela a eu l’effet d’une bombe, mais il connaissait le prix à payer, étant donné qu’ils avaient quitté la famille royale en février 2019. Contre vents et marées, les Sussex sont restés unis, malgré la brouille entre les frères, malgré l’agacement de Kate Middleton vis-à-vis de Meghan Markle. Rien n’a fait dévier Harry de son amour pour Meghan.

Devenus parents une deuxième fois de la petite Lilibeth en juin 2021, Meghan et Harry ont conforté leurs liens et leur amour réciproque, et en donnant le prénom de sa grand-mère à sa petite dernière, le Prince a souhaité maintenir des liens étroits avec la reine Elizabeth, qui a finalement accepté de passer du temps avec la petite famille, pendant les festivités liées à son Jubilé. Bon an mal an, ils tirent leur épingle du jeu, prouvant que leur amour peut tout surmonter et surtout, que ce petit surnom n’est pas que de la poudre aux yeux. Parents attentionnés et professionnels avertis, Meghan Markle et le Prince Harry poursuivent leurs activités, leurs voyages, leurs engagements humanitaires et caritatifs. “Je viens d’un milieu très différent de celui de mon incroyable femme, mais nos vies ont été réunies pour une raison. Nous partageons un engagement à vie envers un service, une responsabilité à combattre l’injustice et une conviction que les plus souvent négligés sont les plus importants à écouter” a déclaré le Prince après son installation en Californie. On les a d’ailleurs vus aux Nations Unies où Harry a fait un discours retentissant en hommage à Nelson Mandela, créer une fondation, Archewell, investie dans le combat contre les injustices liées au racisme, pour laquelle ils ont reçu un prix durant les NAACP Image Awards. “Je ne peux qu’être fière qu’on ait effectué ce travail ensemble, avait déclaré alors déclaré Meghan Markle rappelant l’affaire George Floyd et le mouvement “Black Lives Matter” consécutif à ce drame, “nous avons déménagé en Californie, mon état d’origine, peu avant le meurtre de George Floyd. Pour la communauté noire américaine, ces neuf minutes et 29 secondes ont transcendé le temps, rappelant nos blessures non cicatrisées. Les mois qui ont suivi, mon mari et moi avons parlé avec la communauté des droits civiques, nous nous sommes engagés nous et notre organisation, Archewell, afin de mettre en lumière ceux qui font avancer la justice raciale et le progrès”. Ensemble, visiblement, ils peuvent tout surmonter.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici