« Maisons de rêve en Californie », sur Arte : le modernisme du désert, des falaises et des piscines

0
10

ARTE – DIMANCHE 13 NOVEMBRE À 11 H 15 – SÉRIE DOCUMENTAIRE

Même s’il est difficile de leur associer d’emblée le nom d’un architecte, les sublimes constructions que passe en revue la série documentaire Maisons de rêve en Californie, réalisée par Edda Baumann-von Broen, font partie de la mémoire collective. Et pour cause : elles ont été beaucoup photographiées et filmées.

Ainsi, le James Bond Les diamants sont éternels (1971), de Guy Hamilton (1922-2016), a été tourné dans l’Elrod House (1968), spectaculaire demeure au futurisme intemporel, signée John Lautner (1911-1994), l’un des propagateurs aux Etats-Unis du modernisme européen, hérité du Bauhaus en particulier.

The Big Lebowski (1998), de Joel et Ethan Coen, a posé sa caméra dans la Sheats Goldstein Residence, une autre maison typique du modernisme californien de John Lautner, qui a également signé la Schaffer House (1949), lieu de vie du personnage principal du film A Single Man (2009), de Tom Ford.

Elégante sobriété

Maisons de rêve en Californie rend aussi hommage, dans l’épisode 1, à Albert Frey (1903-1998), un Suisse émigré passé par l’atelier de Le Corbusier et qui est considéré comme le fondateur du « modernisme du désert ». Il est connu pour ses réalisations d’une élégante sobriété dans la ville de Palm Springs.

L’une de ses maisons, où la pierre et l’eau sont présentes intra-muros et extra-muros, la Loewy House (bâtie en 1949 pour le célèbre designer franco-américain Raymond Loewy), voisine avec une autre villa mythique, la Kaufmann Desert House (1946), construite par Richard Neutra (1892-1970) pour l’homme d’affaires Edgar J. Kaufmann (1885-1955), également commanditaire de la célèbre Fallingwater (1935-1939), de Frank Lloyd Wright (1867-1959), perchée sur une cascade de Pennsylvanie.

Le photographe Julius Shulman a beaucoup documenté ce type d’architecture

Cette maison dépouillée sur fond de montagnes a été photographiée par Julius Shulman (1910-2009), qui a beaucoup documenté ce type d’architecture. Des toiles, avec ou sans piscine, de David Hockney (né en 1937) ont également reproduit ce style architectural fameux.

L’épisode 3 s’arrête sur le cas du Sea Ranch, juché sur une falaise surplombant l’océan, au nord de San Francisco. Ce vaste ensemble de résidences secondaires, conçues à partir de 1965 pour une communauté d’artistes, est aujourd’hui la propriété de représentants de la Silicon Valley aux comptes en banque bien garnis.

Rénovations et extensions

L’épisode 4 (disponible à partir du dimanche 20 novembre) s’intéresse exclusivement au travail de la Franco-Américaine Anne Fougeron (née en 1955), qui a notamment conçu la Fall House (2014), agriffée à une falaise de Big Sur, au sud de San Francisco, lieu mythique et sublime auquel elle s’intègre organiquement.

La série Maisons de rêve en Californie, produite par la branche allemande d’Arte, se regarde avec intérêt et plaisir. Mais on aurait aimé en savoir plus sur le Sea Ranch et aussi sur les conditions dans lesquelles les rénovations, aménagements et extensions de certaines maisons historiques s’accordent avec la législation américaine en ce domaine.

Au lieu de quoi l’animateur de la série, l’acteur allemand de cinéma et de télévision Christian Berkel, reste longuement béat devant les splendeurs et les paysages qu’il visite, raconte sa vie ou montre les photos de sa propre maison, à Berlin. Ce qui, surtout pour un public non allemand, est hors sujet et d’un intérêt limité.

Maisons de rêve en Californie, série documentaire réalisée par Edda Baumann-von Broen (All., 2022, 4 × 26 min). Disponible sur Arte.tv jusqu’au 17 mars 2026.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici