« Le Sixième Enfant » : deux femmes et un couffin

0
18

L’AVIS DU « MONDE » – POURQUOI PAS

Un couple d’avocats parisien, Julien (Benjamin Lavernhe, de la Comédie-Française) et Anna (Sara Giraudeau), n’arrive pas à avoir d’enfant, et va basculer dans l’illégalité pour acheter le bébé d’un autre couple. Franck (Damien Bonnard), ferrailleur, et Meriem (Judith Chemla), ont cinq enfants, plus un sixième en route, ils vivent dans une caravane à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) et n’ont pas d’argent pour en élever un sixième… Librement adapté d’un roman, Pleurer des rivières, d’Alain Jaspard (Héloïse d’Ormesson, 2018), Le Sixième Enfant, premier long-métrage de Léopold Legrand, a reçu quatre prix au Festival du film francophone d’Angoulême, où il était présenté en compétition – dont le très convoité Prix du public, ainsi que le Prix d’interprétation féminine ex aequo pour Sara Giraudeau et Judith Chemla.

Lire aussi : Au festival Film francophone d’Angoulême, un vent de fraîcheur sur la comédie

Le réalisateur trentenaire, qui aime s’inspirer du réel, est l’auteur d’un court-métrage remarqué, Mort aux codes, avec Olivier Rabourdin, tiré de la nouvelle éponyme du médecin urgentiste Patrick Pelloux – une équipe du SAMU tente d’intervenir au domicile d’un couple de personnes âgées, dans une résidence ultrasécurisée. Un film dont le ressort est le suspense, plutôt bien mené. C’est la même tension qui anime Le Sixième Enfant, le spectateur étant embarqué dans une histoire a priori invraisemblable, mais qui finit par prendre forme, un peu tardivement, en s’attachant à la psychologie de cette femme prête à tout pour être mère.

Grossesse par procuration

Comment des avocats, connaissant la loi, peuvent-ils s’aventurer dans une entreprise illégale qui s’apparente à du trafic d’être humain ? Le début du film est un peu à l’emporte-pièce. Damien et un collègue ferrailleur, la camionnette remplie comme un œuf, ont un accident à un carrefour. Pris dans une affaire de recel, Damien est défendu par Julien qui réussit à lui éviter la prison ferme. Les deux couples font connaissance. Julien et Anna sont invités à prendre un verre sur le terrain où vivent Franck et sa femme, au ventre arrondi – lesquels appartiennent à la communauté yéniche. Que faire du bébé non désiré ? L’avortement, « on fait pas ça chez nous », fait comprendre Franck.

Le film a reçu quatre prix au Festival du film francophone d’Angoulême, dont le convoité Prix du public

Le pari était risqué, mais Damien Bonnard et Judith Chemla (l’air constamment épuisée, un reste de cheveux blonds avec les racines brunes) ne s’en sortent pas trop mal. Deux autres personnages réussissent à exister, leur fils aîné et la grand-mère. Le tandem d’avocats est une partition plus délicate à jouer : Julien ne veut surtout pas d’ennuis avec la justice, Anna ne dit trop rien, mais fait les choses dans son coin, le couple se déchire. Tout cela paraît difficilement crédible.

Il vous reste 25.86% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici