L’ancienne Miss France Sonia Rolland mise en examen dans l’affaire des biens mal acquis

0
80

L’actrice et ancienne gagnante du concours Miss France 2000 Sonia Rolland a été mise en examen dans l’affaire des biens mal acquis gabonais pour avoir accepté un appartement, cadeau de l’ancien président Omar Bongo, financé de façon frauduleuse, révèle le Parisien.

Les faits remontent à 2003, lorsque Sonia Rolland, couronnée Miss France trois ans plus tôt, accepte un cadeau d’Omar Bongo, ancien président gabonais, désormais décédé. Omar Bongo, qui se serait enrichi à travers des activités illicites, aurait offert un appartement à Sonia Rolland situé dans le XVIe arrondissement de la capitale.

Problème, ce bien immobilier aurait été obtenu via des fonds opaques, rapporte ce mardi 31 mai Le Parisien. Selon le quotidien, Sonia Rolland aurait alors été mise en examen pour recel de détournement de fonds publics, de corruption et d’abus de biens sociaux.

ud83dudd35 INFO LE PARISIEN | L’ex-Miss France Sonia Rolland mise en examen pour recel de détournement de fonds publics, de corruption et d’abus de biens sociauxhttps://t.co/VXAE7JT0M6

— Le Parisien (@le_Parisien) May 31, 2022

Sonia Rolland “a fait confiance au notaire”

Après sa victoire au concours Miss France, Sonia Rolland a rencontré la famille Bongo à plusieurs reprises, notamment dans le cadre d’un projet de création d’un concours de beauté Miss Gabon. La femme d’Omar Bongo lui aurait indiqué qu’elle recevrait un cadeau. Quelque temps plus tard, un appel d’un notaire l’informe qu’elle a reçu une donation d’une société immobilière possédant l’appartement en question.

Face à la police, Sonia Rolland aurait expliqué en janvier 2022 ne pas s’être posé de questions concernant la manière dont était financé ce cadeau. Son avocat, Me Morel explique qu'”à aucun moment elle n’a eu connaissance de l’origine des fonds, ni du montage financier, elle a fait entièrement confiance au notaire. Sonia Rolland est sereine et ne doute pas qu’elle sera mise hors de cause à l’issue de l’instruction”.

L’accusation estime que la jeune femme, alors âgée de 22 ans au moment des faits, aurait dû savoir comment avait été acquis ce bien frauduleux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici