Laëtitia Provenchère (Familles nombreuses) veuve : cette terrible décision qu’elle a dû prendre

0
45

Depuis le mois de mars dernier, Laëtitia Provenchère partage son quotidien sur TF1 dans Familles nombreuses, la vie en XXL. Dès son arrivée, elle a beaucoup touché les téléspectateurs avec son histoire de vie. Et pour cause, la maman de 35 ans est devenue veuve il n’y a pas si longtemps. En effet, elle a malheureusement perdu son mari Guillaume à la suite d’un accident au travail. En seulement deux jours, elle se retrouvait alors mère célibataire de son aîné Nolann (3 ans) et enceinte de triplées, Emmy, Lyna et Noëlya (aujourd’hui âgées d’un an).

Laëtitia Provenchère a accepté de revenir sur ce drame et sur ses circonstances lors du podcast Le Tourbillon.Je suis à deux mois de grossesse pile, le jour de son décès, donc le 10 août. En fait, Guillaume a fait une chute deux jours auparavant. Une chute lors d’une intervention. (…) Malheureusement, il est tombé sur la tête. (…) Il a subi deux interventions et au bout des deux jours d’hospitalisation, on nous a dit que malheureusement il n’y avait pas d’espoir possible“, s’est-elle souvenue.

Mariée à Guillaume, Laëtitia avait alors une décision très difficile à prendre. “Comme on était mariés, je dois moi en tant que femme donner mon accord pour débrancher mon mari“, a-t-elle expliqué. Pour passer cette étape, la jeune femme précise s’être tout de même “accompagnée de (ses) belles-soeurs et de (sa) belle-mère. Après quoi, un autre cap important l’attendait : celui de parler à son fils Nolann, qui n’avait alors que deux ans. Et Laëtitia Provenchère a dès le début, en dépit de son jeune âge, décidé d’être complètement honnête avec lui. “‘Papa, il a eu un très gros bobo à la tête, il est mort‘”, lui a-t-elle dit. Et de justifier son choix : “Je sais c’est des mots qui peuvent heurter, mais il avait besoin de l’entendre et aujourd’hui il est très conscient des choses. (…) J’ai été très fière de lui, déjà, parce qu’il est épatant. Il a très bien compris les choses et, aujourd’hui, il en parle en toute simplicité et c’est ce que je voulais. Je ne voulais pas de tabou.”

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici