Kanye West dans « Le Monde », de l’ouragan Katrina à la tempête médiatique

0
14

Après une série de dérapages tout au long du mois d’octobre, notamment lors du défilé de mode de sa marque à Paris – il a porté un tee-shirt « White Lives Matter », slogan utilisé par les suprémacistes blancs –, ou lorsqu’il a promis, sur Twitter, qu’il allait « s’attaquer aux juifs », le rappeur et producteur Kanye West est devenu l’objet de toutes les polémiques. Le musicien, très présent dans le monde de la mode, vient de perdre tous ses liens avec des marques, dont Adidas, avec qui il était en partenariat pour la gamme de baskets Yeezy, l’un des succès commerciaux de la décennie, qui avait fait de lui un milliardaire. Dans un communiqué, la célèbre marque de vêtements et de chaussures a récemment affirmé qu’elle rompait ses liens avec lui, ne « tolér[ant] pas l’antisémitisme ou toute autre forme de discours haineux ».

Lire aussi : Invité surprise de la Paris Fashion Week, Kanye West crée la polémique

Après une première évocation de l’artiste, le 10 juin 2004, dans un article portant sur le label de hip-hop indépendant Galapagos 4, où il est fait mention de Kanye West comme « producteur vedette du rap commercial », c’est à l’occasion d’une série de papiers, dans l’édition du 4-5 septembre 2005, consacrés aux dégâts causés par l’ouragan Katrina, que le musicien fait l’objet d’un développement plus long dans Le Monde. Véronique Mortaigne et Claudine Mulard font état d’un téléthon en soutien aux victimes de l’ouragan : le rappeur s’en prend alors, en direct et en prime time, sur la chaîne NBC, au président américain en exercice. « George Bush ne se préoccupe pas des Noirs », lance le musicien. Évoquant les différents épisodes de pillage dont la ville a été la cible, Kanye West ajoute : « Je déteste la façon dont les médias parlent de nous. S’il s’agit d’une famille noire, ils disent que c’est du pillage. Si c’est une famille blanche, ils cherchent à se nourrir. » On se situe à l’époque à des années-lumière du tee-shirt « White Lives Matter ».

« Géniale singularité »

Le premier article sur Kanye West en tant que musicien stricto sensu est publié dans Le Monde le 11 mars 2006, à l’occasion d’un concert de l’artiste au Zénith de Paris. « En deux ans, note Stéphane Davet, Kanye West est non seulement passé d’éminence grise de la production hip-hop au statut de vedette rap internationale, mais, à 28 ans, cet as des studios, originaire de Chicago, a réussi à s’imposer en concert. » Dans l’édition du Monde du 21-22 novembre 2010, le cinquième album du musicien, My Beautiful Dark Twisted Fantasy, est salué, de nouveau par Stéphane Davet, qui décèle sa « géniale singularité », tout en signalant que Kanye West se charge lui-même de la proclamer, sans attendre que les critiques le fassent à sa place. C’est d’ailleurs un trait récurrent de la personnalité de l’artiste : il parle beaucoup. Et très rapidement, beaucoup trop.

Il vous reste 50.03% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici