En 1998, hold-up et coups de feu chez Jean-Paul Guerlain

0
124

C’est une histoire peu connue, éclipsée par les premiers matchs de la Coupe du monde de football en France, qui vont mener les Bleus à la victoire, un mois plus tard. Dans la nuit du 11 au 12 juin 1998, à quelques kilomètres de Clairefontaine (Yvelines), le camp d’entraînement des tricolores, un commando d’hommes cagoulés, gantés et armés s’introduit chez Jean-Paul Guerlain, le célèbre parfumeur français.

Le drame a lieu dans le paisible village des Mesnuls (Yvelines), près de la forêt de Rambouillet, dans cet ouest parisien cossu où la famille Guerlain a installé son fief depuis trois générations. Le tableau est violent, car le vol à main armée tourne mal : vingt otages sont séquestrés pendant plusieurs heures, des coups de feu retentissent, deux hommes sont blessés par balle, des bijoux de grande valeur sont dérobés.

Jean-Paul Guerlain, alors âgé de 61 ans, est une personnalité très en vue. Il porte le nom d’une marque de parfum familiale, créée au XIXsiècle et de réputation mondiale, dont il est le nez – jugé exceptionnel. A son actif, une ribambelle de créations, et pas des moindres : Vetiver (1959), Habit Rouge (1965), Nahéma (1979), Samsara (1989) aux senteurs orientales… Si la marque a été vendue en 1994 au groupe LVMH de Bernard Arnault pour près de 2 milliards de francs, Jean-Paul Guerlain reste l’âme, l’image et le nez de la maison.

« Le comportement de Jean-Paul Guerlain a souvent dénoté au sein des siens. Il est plus tapageur, plus hâbleur que les autres et mène un train de vie plus dispendieux » –Elisabeth de Feydeau, historienne

Sa fortune n’est pas un secret. Sa réputation de don Juan non plus. Ce père de famille divorcé est un mondain gravitant dans la haute société. Il est aussi un cavalier émérite – catégorie dressage. Enfant du 16arrondissement de Paris, il papillonne de cocktails en dîners, en passant par des remises de prix équestres, et aime se montrer. Un peu trop, murmurent des membres de la famille. « Les Guerlain sont une grande famille du Nord, des taiseux, voire des ultra-discrets. Chez eux, la bienséance et le travail priment. Le comportement de Jean-Paul Guerlain a souvent dénoté au sein des siens. Il est plus tapageur, plus hâbleur que les autres et mène un train de vie plus dispendieux », pointe l’historienne Elisabeth de Feydeau dans Le Roman des Guerlain (Flammarion, 2017).

Quelques heures avant le hold-up, Jean-Paul Guerlain présente à la boutique du 68, avenue des Champs-Elysées, son dernier bébé, Guerlinade, un parfum très floral avec une dominante de lilas. « Un parfum d’amour que je dédie à toutes les femmes et en particulier à celles qui ont partagé ma vie et qui ont inspiré mes plus belles créations », dit-il. Vers 21 h 30, il quitte les lieux avec son amie Decia de Pauw – elle lui a inspiré Samsara –, ils dînent rapidement au Saint James Club, à quelques minutes des Champs, puis regagnent l’immense propriété des Mesnuls en Twingo noire.

Il vous reste 65.67% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici