Avec Adèle Van Reeth, France Inter entre à pas feutrés dans une nouvelle ère

0
64

Nicolas Demorand et Léa Salamé à la matinale, Bruno Duvic à la tranche d’information de la mi-journée, Fabienne Sintès au « 18-20 » : les têtes d’affiche ont repris leur place, lundi 29 août, sur l’antenne de France Inter. En coulisse, cependant, cette rentrée dégage un net parfum de nouveauté : Adèle Van Reeth a pris officiellement la succession de Laurence Bloch à la direction de l’antenne la plus écoutée de France (6,9 millions d’auditeurs quotidiens entre avril et juin, soit 12,5 % d’audience cumulée, selon Médiamétrie).

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Sibyle Veil : « J’ai choisi de nommer Adèle Van Reeth pour remplacer Laurence Bloch à la tête de France Inter »

La jeune femme (elle aura 40 ans en décembre) avait prévenu : « La vie ordinaire », titre de l’essai qu’elle a signé chez Gallimard en 2020, très peu pour elle. Nommée par Sibyle Veil, la présidente de Radio France, Adèle Van Reeth métamorphose radicalement son existence pour découvrir la fonction de dirigeante, qu’elle n’a jamais exercée jusqu’ici.

Lire aussi « Les Chemins de la philosophie » cartonne sur France Culture

« Je change de métier et de perspective, dans une maison que je connais depuis quinze ans », résume la productrice, jusqu’en avril, des « Chemins de la philosophie », sur France Culture. Entrée à Radio France en 2011, l’ancienne étudiante en philosophie a d’abord collaboré aux « Nouveaux Chemins de la connaissance », aux côtés de Raphaël Enthoven, avant de lui succéder, en 2017, au micro d’un rendez-vous (rebaptisé) qui figure en tête des podcasts de Radio France.

« Une immense bosseuse »

L’ex-président de Public Sénat Emmanuel Kessler, qui lui avait offert, en 2017, la succession de Jean-Pierre Elkabbach à la présentation de l’émission littéraire de la chaîne, reconnaît qu’il n’est « pas surpris par le développement de sa carrière, mais davantage par sa bascule dans le management, [qu’il n’avait] pas anticipée ». Nicolas Demorand, qui s’était lui-même porté candidat au poste, s’enthousiasme : « Je trouve formidable que cette génération de gens viscéralement attachés aux livres, au service public, fasse un pas en avant et se mette en situation de diriger. »

Lire aussi Adèle Van Reeth, la voix de la philo à la radio

Depuis mai, Adèle Van Reeth travaille à la rentrée de la station, en binôme avec Laurence Bloch. « Elle a un avantage majeur : elle sait ce qu’est la radio, se félicite cette dernière. Et elle a les qualités d’écoute, de décision et de courage pour être directrice. » Si les deux femmes assurent avoir élaboré la nouvelle grille main dans la main, une nouvelle émission sur la mythologie, diffusée le samedi à 11 heures (« Quand les dieux rôdaient sur la terre », présentée par Pierre Judet de La Combe), un rendez-vous consacré à la psychanalyse, le dimanche à 15 heures (« L’Inconscient », par Juan-David Nasio), et une émission de sports, le dimanche à 18 heures (« L’Esprit sport », par Nathalie Iannetta, directrice des sports de Radio France), « relèvent plus d’une envie de ma part », concède la nouvelle venue, qui fut aussi présentatrice de « Ouh là l’art ! » (anciennement « D’art d’art ! »), sur France 2. Passionnée de cinéma, Adèle Van Reth a également été chroniqueuse dans « Le Cercle », l’émission cinéma de Canal+ produite par Alain Kruger, qui la décrit comme « pas élitiste », « généreuse » et dotée d’un « sens de la fête ».

Il vous reste 43.73% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici