Architecture : l’Equerre d’argent 2022 récompense la médiathèque Charles-Nègre à Grasse

0
11

C’est à la médiathèque Charles-Nègre qu’est allée, lundi 21 novembre, la 40ème Equerre d’argent, ce prix qu’organisent chaque année les revues AMC et Le Moniteur. Réalisé pour la ville de Grasse (Alpes-Maritimes) par les agences Beaudoin et Ivry Serres, le bâtiment s’insère dans le contexte très dense de la vieille ville, en surplomb du réservoir d’eau qui en alimente le centre, et lui offre un vaste et lumineux espace public. Bardé d’un paravent de colonnettes blanches d’un blanc éclatant qui sert de brise-soleil, il rayonne dans ce quartier déshérité et dialogue avec son architecture.

« Une leçon d’architecture »

Le jury n’a pas tari d’éloge sur ce projet jugé exceptionnel, « hors du temps », « d’une poésie folle », « qui va jouer un rôle important dans le quartier ». Majoritairement composé d’architectes, présidé par le célèbre professeur et théoricien de l’architecture Jacques Lucan, il y a vu « une leçon d’architecture ». Admiration pour sa structure complexe qui multiplie les porte-à-faux ombrageants, pour les liens qu’il propose entre l’intérieur et l’extérieur, pour ses volumes voûtés tout en longueur, pour le dialogue qu’il instaure avec les autres monuments en hauteur du quartier – s’il est construit en béton, c’est pour répondre aux contraintes de ce site sismique, et pour soutenir ces formidables porte-à-faux, a-t-il été précisé, pour prévenir les critiques… Enthousiasme pour un « objet du quotidien » qui répond à tous les enjeux, qu’ils soient climatiques, constructifs et sociaux, et produit ce qu’il faut bien appeler une harmonie, que l’un des jurés a définie comme « ce qui nous rend heureux ».

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés A la Triennale de Lisbonne, l’architecture en quête de rédemption

Belle manière de célébrer l’architecture. Cet enthousiasme que partageaient les membres du jury reflète la qualité des projets dont ils ont débattu. Et plus particulièrement l’engagement et la maturité rencontrés chez les jeunes architectes. Frappés par les dossiers présentés dans la section « première œuvre », ils ont salué la propension de ces jeunes maîtres d’œuvre à questionner les programmes, à aller au-delà de la commande, à la réinterpréter, décelant là un « vrai souffle » et « un espoir pour la profession ». Le prix est allé à une passerelle piétonne réalisée par Nu Architecture et Ingénierie pour la commune de Brides-les-Bains, en Savoie. L’école maternelle réalisée par le Studio Rijsel pour la commune de Vendegies-sur-Ecaillon, dans le Nord, a reçu une mention spéciale. La présence de la ministre de la culture, Rima Abdul-Malak, à la cérémonie, lundi 21 au soir, au Théâtre Le 13e Art à Paris, ne pouvait que conforter le jury.

Il vous reste 45.97% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici