« 2050, ouvrons les yeux ! » sur BFM-TV : de la fiction de scénarios climatiques à la réalité des propos d’Elisabeth Borne

0
10

BFM-TV – LUNDI 14 NOVEMBRE À 20 H 50 – DOCU-FICTION

Générique tonitruant et titre qui claque : « We did it ! Nous l’avons fait ! », lance Bruce Toussaint, figure de BFM-TV depuis 2018, en ouverture de son édition spéciale, consacrée au jour où « nous », Terriens, avons atteint la neutralité carbone – en 2050. L’illusion se veut parfaite. Le journaliste apparaît vieilli, cheveux et barbe poivre et sel (plus qu’aujourd’hui) avec, à l’écran, la mention « émission d’anticipation ».

La chaîne tout info a ainsi choisi la fiction pour ouvrir cette soirée inédite, à l’occasion de la COP27, en présentant successivement deux faux live. Alors que le premier imagine que les humains sont parvenus à limiter le réchauffement climatique à 1,7 °C, le second acte l’échec et liste les conséquences d’un réchauffement global de 2,4 °C. Avant d’ancrer la suite de l’émission dans le présent en invitant en direct la première ministre, Elisabeth Borne.

Autant le dire, ces artifices (chroniqueurs grimés, figurants) laissaient craindre le pire. Au bout du compte, ils permettent de visualiser une sortie de la crise environnementale accessible et, somme toute, agréable. Ainsi, dans la première partie, beaucoup plus développée et attrayante, Bruce Toussaint relance : « Quelles mesures ont permis d’atteindre un tel résultat ? » C’est là qu’on l’attend.

Vrai-faux reportage

Les réponses ont été élaborées avec des spécialistes de l’Ademe et du Shift Project, le groupe de réflexion fondé par Jean-Marc Jancovici : fin de l’automobile thermique en 2025, et non en 2035 ; baisse de la vitesse sur autoroute à 70 km/h ; fin des lignes aériennes intereuropéennes ; création d’une carte carbone pour chaque citoyen… Une vraie trouvaille, créditée de « 2 tonnes équivalent CO2 » par an et par habitant (contre 9 tonnes en moyenne actuellement), à dépenser selon ses envies, sachant qu’une baguette de pain « vaut » 150 grammes d’émission de CO2 et un aller-retour Paris-New York, une tonne.

Important, ce scénario n’oublie pas de mentionner que la Chine et les Etats-Unis (les plus gros pollueurs au monde avec la Russie) ont, eux aussi, réduit leurs émissions. Drôle, un vrai-faux reportage passe par La Camélerie de Julien Job, installée depuis 2018 dans les Hauts-de-France, où elle produit feta, savon et cosmétiques au lait de chamelle.

Beaucoup moins attractif, le scénario du pire n’apporte pas de révélations

Beaucoup moins attractif, le scénario du pire n’apporte pas de révélations, tant la médiatisation catastrophiste de la crise climatique nous a habitués au pire. En revanche, il interroge : qu’est-ce qui fait que l’on va s’engager vers l’une ou l’autre voie ?

Dans les deux versions, l’événement décisif est un faux discours d’Emmanuel Macron – « réalisé par trucage », mentionne l’image. Dans le premier cas, il fait dire au président qu’il a réussi à faire adopter son plan climat (de justesse, à 51 %) ; dans le second, qu’il a échoué à convaincre les Français. Retour à la réalité de 2022 : la parole est à Elisabeth Borne.

2050 : ouvrons les yeux !, docu-fiction d’Isabelle Quintard, Etienne Grelet et Clément Granon (Fr., 2022, 52 min).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici